Ils aiment la mer et l’iode…

Pour cet accord il faut penser simple ! Les produits de belle origine, qu’ils soient de la mer ou de la vigne, n’ont pas besoin de maquillage pour s’accorder.

Les fruits de mer seront les plus frais possibles, enveloppés d’une belle odeur saline et iodée, les crustacés cuits juste comme il faut, le plus naturellement possible.

Quelques suggestions :

– Une langoustine (encore frétillante si possible) sera plongée dans une eau (de mer) bouillante aromatisée de belles herbes du jardin (ou du marché), et ressortie dès re-ébullition. Ne les cuisez pas trop à avance, c’est sublime encore un peu tiède. Les aventuriers de la poêle et habilles de leur dix doigts (de main) tenterons une petite fricassée à cru. Pas mal non plus.

– Un crabe poché le juste temps nécessaire (20mn pour un beau dormeur ou une araignée – notre crabe préféré -). Si vous trouvez des étrilles n’hésitez-pas, mais c’est plus compliqué à décortiquer. Pensez à garder le contenu de la tête (matière spongieuse plus ou moins rouge – oui nous savons, pas très glamour -), mais dans une vinaigrette c’est sublime.

– L’huitre servie nature ou avec un trait de citron (bio). Pensez à jeter la première eau et à l’exciter avec un trait de moulin à poivre, la deuxième eau n’en sera que plus concentrée.

– N’oubliez-pas quelques belles palourdes roses, délicieuses et faciles à ouvrir, et quelques bigorneaux, dont vous aurez fortement poivré l’eau de cuisson.Là encore il faut des mains et un petit couteau à lame fine pour ne pas finir dépité devant la palourde.

Il reste l’accompagnement. Prévoyez un joli pain que vous aurez vous même tranché un peu large. Il devra être simple, une belle mie blanche sans céréales. Néanmoins l’huitre aime bien le pain de seigle.

Le beurre ensuite est important. Il sera naturellement salé, d’une couleur bien jaune et crémeux. Un Bordier ou Bellevaire fait bien l’affaire. Le pain et le beurre doivent déjà mettre l’eau à la bouche, pour ensuite sublimer sans dénaturer les fruits de mer et crustacés que vous avez amoureusement préparés. Une première petite bouchée de pain beurre permet également de goûter le vin que vous avez pensé à déboucher un peu à l’avance, au moins pour vérifier la température (s’il vous plait, pas trop glacé, les parfums des vins se sentent agressés par le froid trop intense et ils se replient alors sur eux-mêmes).

Touche finale que nous trouvons indispensable, une mayonnaise maison que vous aurez terminée par une pointe de vinaigre (pas trop), elle sera plus fluide et la pointe d’acidité en accord avec ses compagnons de table. Las langoustines et autres crabes vous en seront reconnaissants.

Dernier conseil, un couteau pointu et un usage immodéré des doigts participent au plaisir.

Amusez-vous !

Avec les vins qui suivent vous êtes certains de trouver le bon accord. Ils sont plutôt vifs et tendus, une belle salinité. parmi nos accords « chouchous » : langoustines – Chablis; Huitres de Belon – Muscadet tendre.

A votre tour de tester, et donnez-nous votre avis.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je souhaite être averti Afin d'être tenu informé de la disponibilité de ce vin, merci de laisser plus bas votre email.
email Votre email sera tenu confidentiel et en aucun cas partagé.