• Pianovins gastronomie
  • Pianovins
  • Pianovins

PIANOVINS, tout petit mais tellement grand !

La rue Trousseau est une rue modeste, une rue de transmission entre deux artères bouillonnantes que sont les rues du Faubourg St Antoine et de Charonne.

La rue Trousseau est une rue que l’on prend par hasard. Ou pas si vous faites partie des testeurs de spots car vous savez qu’au 46 se cache un petit coin de paradis gastro. Mais on va faire comme si vous ne le saviez pas.

Donc vous cheminez le nez au vent. Au milieu de la rue quelques tables posées sur le trottoir attirent le regard. Une pizzeria qui ressemble à une autre pizzeria. Mais à deux pas une façade blanche fraîchement repeinte et surmonté d’un large store bleu comme un ciel de Bretagne au printemps intrigue. La curiosité étant la qualité principale du gastronome, vous vous y approchez car vous avez tout le temps, la résa chez Septime (déjà faite depuis trois semaines) est à 20h30. Un fier Pianovins est inscrit sur le mur. Le mot interpelle. Vins OK, mais piano ? Une académie de musique pour amateurs de bibine ?

Sur le pas-de-porte un large sourire vous accueille.

« Bonjour ? Je peux vous aider ? »

L’homme est affable, dans la cinquantaine, une courte barbe de quelques jours. Une voix douce. Et si vous répondez à la question par une interrogation, Eric (car il s’appelle Eric l’homme à la courte barbe) vous répondra tout de go, « le piano, c’est ici l’outil du cuisinier, et le vin le meilleur ami de la cuisine ».

Un coup d’œil sur le menu du jour (visiblement il change tous les jours), et vous êtes plus qu’intrigué. C’est certain, vous allez taper sur Internet ce nom étrange mais facile à retenir. Vous y verrez alors que cet endroit est tout récent, que les premières critiques sont bonnes, et que les deux patrons (dont celui au sourire) ont passé un quart de siècle dans un trois-étoiles que nous ne le citerons pas (il est déjà assez connu comme cela).

Et vous allez réserver une table, et vous allez revenir dans la rue Trousseau. Et vous allez être ébloui comme nous l’avons été à deux reprises. L’auteur signale qu’il n’a de près ou de loin aucun lien commercial avec le dit Pianovins et que son texte n’engage que lui et son amour des bonnes choses.

Lors de votre deuxième rencontre Eric vous racontera son histoire. Son long passage dans une grande maison, l’apprentissage de la rigueur, ses escapades dans les vignes quand il dormait dans sa camionnette. Les dégustations avec Coche-Dury, Lafond, Grivot et tous les grands bourguignons qui à l’époque n’étaient pas encore les stars intouchables que l’on connaît. Sa découverte des vins naturels. Son tablier qu’il a rendu en 2008. Son passage à la terre comme bûcheron. Puis l’appel du métier qui le relançait insidieusement. Le restaurant qu’il lance avec Michel en un claquement de doigts. Un duo, l’artiste du piano associé à l’expert en vins. Une évidence. Ses envies de partage, sa joie de donner, de faire découvrir des nouveaux flacons, des vignerons inconnus. Ses yeux vont briller, la passion est là, on la sent, on la touche du doigt. Ses planètes se sont enfin alignées.

Et pendant ce temps, à quelques mètres dans sa cuisine ouverte, Michel va vous concocter des plats divins d’une précision diabolique, cuissons pile-poil et produits de saisons grâce à un sourcing qu’il maîtrise sur le bout des doigts. Les petits poissons (ah les petits maquereaux confits…) viendront de Saint Gilles Croix de vie en Vendée, il doit certainement connaître le nom du chien de l’éleveur de la viande que vous dégustez (rosés à point les rognons…).

Voici plus bas le menu que nous avons dégusté lors de notre dernier passage. Eric nous a proposé un très joli blanc nature de chez Stefano Belloti, l’un des pionniers de la biodynamie en Italie. Le Filagnotti (cépage cortese) a joué au timide pendant quelques minutes, et ensuite s’est amusé de tous les plats, y compris les rognons. Il n’a pu résister à nous faire goûter en fin de repas à un vin orange, son dada avoué.

Une adresse plus qu’attachante qui va vite devenir un indispensable !

Pianovins
Pianovins
2 réponses
  1. Anonyme
    Anonyme dit :

    Bonjour, Je suis allé samedi soir diner au Pianovins.
    Ce lieu mérite amplement vos éloges. Nous avons passés un très bon moment sans se ruiner avec un chef très adroit qui ne ménage pas sa peine ni son imagination, d’un produit de saison à l’autre, dans la finesse et l’expressivité.
    Que dire du sommelier qui de l’acceuil au choix du vin vous fait saliver d’avance sur les vins extraordinaires qu’il vous propose.
    Merci aussi à la charmante serveuse qui est très souriante et remarquable.
    Merci « Au delà du vin »pour cette adresse qui ne restera pas dans l’ombre d’une rue peu connue.

    Répondre
    • Bruno COLIN
      Bruno COLIN dit :

      Bonjour et merci de votre commentaire.
      C’est vraiment un chouette endroit, ravi qu’il vous ai plu.
      Nous allons continuer à étoffer nos coups de coeur afin de les faire partager au plus grand nombre.
      Bien à vous.

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je souhaite être averti Afin d'être tenu informé de la disponibilité de ce vin, merci de laisser plus bas votre email.
email Votre email sera tenu confidentiel et en aucun cas partagé.