• APETI Tapas vegan légumes

Le bonheur est dans l’assiette (et vient des prés)

Je l’avoue, je vais vous faire ici l’apanage de la « cuisine végétale ». Je n’aime pas le mot vegan car il ne sonne pas bien à mon oreille. Des relents de Reagan… mais je m’égare.

Hugues, ancien cadre supérieur familier avec le continent asiatique, a ouvert APETI (72 rue du Cherche midi et sans T) il y a un peu plus d’un an, et j’ai le plaisir de le connaître depuis le début de son aventure. Le concept est simple, mais la simplicité masque souvent une recherche et un travail de tous les jours. Nature et légumes sont les mots clés, avec bien entendu le souci du moindre détail afin d’aligner parfaitement philosophie et plaisir.

Donc une cuisine à base de légumes, d’herbes odorantes (qui ne se fument pas), de fruits, de fleurs, d’épices, le tout bio, sans gluten ni beurre ni farine. Des fournisseurs triés sur le volet ( avec les persiennes c’est plus difficile), tel Chauvet pour les fleurs et herbes.

Mon repas de ce jour (début juillet) était admirable. J’ai commencé par dévorer une tomate toute simple (l’entrée du jour joliment appelée « sa majesté la tomate ») comme je n’en avais pas croqué depuis longtemps. Emondée (sans peau), simplement accompagnée d’un léger jus un peu gélifié (Agar Agar), quelques bleuets (fleurs), sel poivre… et le bonheur. Dehors il faisait 3000° à l’ombre, et la fraîcheur doucement relevée de ce fruit (car la tomate est un fruit) était apaisante. Autour de moi je ne voyais que mines réjouies et jolis sourires.

APETI Tomate

APETI vegan Salade du jour

Pour poursuivre  je me suis laissé porter par la salade du jour. Les amis, je n’avais encore jamais trouvé une telle harmonie dans l’assiette (à l’Arpège et Alain Passard peut-être, mais ils ne boxent pas dans la même catégorie de portefeuille).

Pêle-mèle sous la fourchette :

  • Le croquant d’un jeune chou kalé bien vert (pas les feuilles jaunes immondes de l’épicerie « bio »du coin)
  • La vivacité d’un radis noir « mandoliné » façon voile de mariée
  • Le mordant d’un haricot beurre finement pelé à peine passé à la vapeur (incroyable, même ma dernière fille pourrait aimer)
  • Le jus et le fruité de quelques myrtilles (vous savez, bien juteuses, avec ce goût « bleu » indéfinissable)
  • La délicatesse d’amandes juste grillées (pas trop) et concassées
  • et le tout sublimé par une sauce à base de vinaigre de cidre, huile de pépin et jus de citron

Beau et bon à la fois, car les yeux ont autant apprécié que mon palais. Un ange flottait au plafond dans la salle, ses ailes nous rafraîchissaient. A moins que ce soit le Dyson juste derrière (mais c’est moins poétique).

Je n’allais pas terminer ce festin sans un dessert. La réputation de la mousse a largement dépassé nos frontières, je voulais en avoir le coeur net.

Le postulat de base est simple, NO oeuf, NO farine, NO sucre. Ça m’interpelait. La recette avouée est mortelle (on peut mourir d’amour) : purée d’amandes, aquafaba (ici de l’eau de cuisson de pois chiches – je vous rassure, j’ai appris ce mot aujourd’hui-), et chocolat pâtissier !!!!! Le tout parsemé de baies de Goji, amandes et copeaux de chocolat). Vous la voyez sur la photo juste à côté.

Nous étions trois face à cette mousse (une chacun). Personne n’a parlé, oubliée la coupe du monde de foot, et pendant deux minutes ce fut une communion solennelle. Nous nous sommes regardés, muets… rien à rajouter. Il faut l’avoir goûtée pour pouvoir ne pas en parler car elle se passe de tout commentaire.

Nous avons terminé par un expresso à la hauteur des plats précédents (arômes délicats de fruits rouges et de chocolat). Je sais simplement que le café était péruvien et choisi spécialement par Hugues.

Si le coeur vous en dit vous pouvez accompagner vos agapes d’un verre de vin (ou d’une bouteille, soyons fou). La gamme est courte mais remarquablement choisie avec des références toutes bio / nature (je peux en parler, Au delà du vin fournit quelques quilles).

APETI Mousse au chocolat

Il ne me reste plus qu’à souhaiter à APETI tout le succès qu’il mérite, parce qu’il le vaut bien. Je lui fait confiance, le vrai décollage se passe maintenant et les moteurs poussent fort.

La bise

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.